© Safaa Mazirh

Safaa Mazirh


© Galerie 127. 2006–2013

Extrait du texte “ La part du mystère ” de Bernard Millet *

La série des corps s’impose donc naturellement dans ce processus de recherche où elle interroge tout à la fois le sujet et la capacité de la technique photographique à traduire son expérience artistique.

Mais ce processus s’enrichit aussi d’autres composantes.
Safaa Mazirh s’attardera longuement sur le travail de peinture de Mohammed Kacimi et sa recherche du corps libéré par l’espace matériologique de la peinture, comme sur ceux de Mahi Binebine ou de Frida Kahlo.

Tous évoquent le corps, le leur ou celui des autres, et les trois le propulsent aussi dans un autre espace, comme pour le libérer en finissant par le mettre au centre de leur propre théâtre.

Les images de corps de Safaa Mazirh s’inscrivent dans cette
dimension et cette perspective. Le corps est en mouvement, souvent flou, les effets de lumière et de matière agissent pleinement, et les images imposent leur mystère comme des évidences déliées du récit biographique qui finalement n’appartient qu’à l’artiste.



* Bernard Millet est directeur de l’institut français de Rabat.

oeuvres

NOUVEAU !

NEW