El Bahar (Casablanca, 2011)
Marco Barbon

« Marco Barbon, dans ses polaroids, volatilise presque tout : le temps (celui qui court depuis toujours), l’espace (public), et même l’énigme, puisqu’il la transforme en évidence manifeste. Rimbaud voulait fixer des vertiges. Marco Barbon fixe des questions sans réponse. »


___ Alain Jouffroy, in Marco Barbon, Cronotopie, Trans Photographic Press, Rome, Préface.

NOUVEAU !

NEW