Le genre du portrait est des plus difficiles : par habitude, à la légère, on le suppose porteur d’une part de vérité et cependant, à y réfléchir un peu, les raisons de lui accorder ce crédit considérable s’effondrent. A chaque heure sur la planète, il se prend des centaines de ces images, mais très peu peuvent prétendre être des portraits, si l’on entend par là la connaissance intelligente des individus par le truchement de la représentation de leurs physionomies »


__ Philippe Dagen, in Gérard Rondeau, Chroniques d’un portraitiste, Préface.

GERARD RONDEAU


Tahar Ben Jelloun

© Galerie 127. 2006–2013